Votre E-book-LBA en ligne - Brochure en ligne - Catalogue en ligne Passe Passion Arts décoratifs du XXème siècle à Bruxelles BLA BLA & GALLERY Resto galerie d'Art Bruxelles Ad Lapidem boutique écrin à Bruxelles La Stradella  Restaurant Bruxelles La Piscine Restaurant à Molenbeek Bruxelles La Queue de Vache Restaurant à Molenbeek Bruxelles PROMOTION EXCEPTIONNELLE 170€ htva pour 1000 VIP-CARD PROFESSIONNELLES PROMOTION EXCEPTIONNELLE 240€ htva pour 1000 VIP-CARD DE LUXE PROMOTION EXCEPTIONNELLE 190€ htva pour 1000 Cartes de visite DE LUXE PROMOTION EXCEPTIONNELLE 120€ htva pour 1000 Cartes de visite PROFESSIONNELLES Un « pacte éternel » entre Fourniret et Olivier 10 000 personnes pour la Gay Pride Le Doudou bat son plein Le prix de la scission selon Maingain Fourniret ne veut plus parler L’aérogare de Charleroi encore agrandie Marianne Thyssen prend les rênes du CD&V Monique Olivier est une énigme L’emploi a progressé de 2,7% en 2007 ( la plus courte de l'année) Les délégués du Conseil de l’Europe sont inquiets ... Comment Fourniret devint riche (hobywen ne parvient pas à digérer) L'apothéose des nouveaux tsars ? Les Diablotins... sans Defour Justine Henin: 'Je suis au bout de mon chemin' .Les « sages », modèle pour Leterme Geneviève Lhermitte demande le divorce Nouvelle grève à la prison de Forest Yves Leterme pressé d’agir Bruxelles a respiré sans voiture Et de trois pour Djokovic N'oubliez pas la fête des mamans ! Marian Restaurant et Osmo Apéro-Bar Bruxelles Commerce à remettre et à vendre ! Attention à la circulation sur la N49 Deux frères se noient dans l’Ourthe BHV au frigo pour 120 jours Grève spontanée à Charleroi Les francophones prêts à la riposte sur BHV Geraerts a commis une agression « Un danger pour la biodiversité » Un « oui, mais… » au peuplier OGM Manifestation à l'ambassade de Chine à Bruxelles Manifestations à Merksplas et Vottem Lutgen pour un moratoire sur les OGM Le CD&V durcit sa position sur BHV Métro, boulot, in vitro… Suspense... Microsoft repousse la sortie de Windows XP SP3 Du concret sur Duke Nukem : Forever ? Leterme sauvé par les Wallons ? Fourniret face à une troisième victime belge
NOUVEAU !
chez LBA Mag

Rejoignez-moi sur

Réseau professionnel


Pour recevoir notre Newsletter

Recherche





Dans nos blogs

Vos vidéos en haute qualité

Maitrisez votre contenu vidéo ! Un ensemble d'outils vous permet d'être autonome dans la...

Proposez des webservices utiles

Décuplez le potentiel de votre blog ! Profitez des nombreux webservices disponibles pour enrichir...

Entourez-vous de talents

Créez une équipe de contributeurs afin d'animer collectivement votre blog. Chaque contributeur...

Gérer efficacement votre contenu

De la production à la mise en ligne, bénéficiez des fonctionnalités qui permettent de gérer et de...

WMaker vous assiste tout au long de votre projet web

Nous sommes quotidiennement à vos côtés pour vous accompagner dans le succès de votre projet web....

Bénéficiez de la technologie Design Objet

Soyez attractifs et gardez une longueur d'avance ! La technologie Design Objet exclusivement...

Félicitations, votre blog est en ligne !

Bienvenue sur votre blog WMaker. Laissez-vous guider au fil des quelques articles de présentation...

Référencement optimisé

Publiez, nous vous rendons visible ! Toutes nos offres intègrent un ensemble de techniques (SEO)...

Libérez votre blog. Go Mobile !

Restez accessible en permanence. WMaker vous fait bénéficier de la version mobile la plus aboutie...

Dix grands litiges de l'histoire informatique

la chronique d'hobywen

Notez


Microsoft / Union Européenne : 10 ans de procédure

Palpitante, à rebondissements, angoissante... Les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la longue bataille juridique que se sont livrés depuis 2000 Microsoft et la Commission européenne.

Avec Sun Microsystem comme première société à déposer plainte contre Microsoft dès 1998.

Empêtrée dans ces affaires d'abus de position dominante, Microsoft a accepté d'en payer le prix fort en réglant rubis sur l'ongle une première amende salée de 497 millions d'euros en 2004. Sont venus s'ajouter 281 autres millions d'euros pour retard de paiement, en juillet 2006.
Aujourd'hui, c'est une nouvelle amende de 899 millions d'euros que Microsoft doit acquittter, correspondant aux astreintes journalières cumulées sur la période du 21 juin 2006 au 21 octobre 2007.

Microsoft se sera également plié à d'autres exigences fraîchement acceptées - en octobre dernier - notamment celles de cesser la fourniture exclusive et systématique de Media Player dans Windows et de divulguer des informations précises sur les codes employés dans ses systèmes d'exploitation.
Depuis, les foudres de la Commission européenne et de Nellie Kroes, commissaire à la concurrence, se sont de nouveau abattues. Faisant suite à une plainte déposée par Opera, promoteur du navigateur Web éponyme en décembre dernier, la Commission européenne a ainsi ouvert une nouvelle instruction début 2008. Pour Microsoft, l'histoire semble (malheureusement) se répéter…

Après le monopole, Microsoft paie l'addition

Microsoft paye son attitude désinvolte face aux exigences de la Commission européenne. Il aura à débourser 900 millions d'euros pour non-respect de la décision arrêtée depuis mars 2004.
Bruxelles a fini par passer à l'action. Microsoft, qui a longtemps tardé à satisfaire les exigences de la Commission Européenne, se voit donc infliger d'une nouvelle amende, de cette fois 899 millions d'euros. Ce montant correspond aux astreintes journalières cumulées sur la période du 21 juin 2006 au 21 octobre 2007.

Durant toute cette période, Microsoft est accusé d'avoir fait traîner le dossier en longueur, alors que celui-ci se défend en arguant du fait qu'il était long et compliqué de fournir toute la documentation nécessaire pour faciliter l'interopérabilité des produits tiers avec les siens.

Cette amende avait été précédée par celle de 497 millions d'euros infligée en mars 2004 pour non respect des règles de la concurrence, puis celle de 280 millions imposées en juillet 2006 déjà relative à des astreintes pour non respect des délais imposés par la Commission Européenne. A force de traîner des pieds, Microsoft totalise donc une amende de 1676 millions d'euros, un record en la matière.

"C'est la première fois en 50 ans de politique de concurrence dans l'Union Européenne que la Commission a dû infliger une amende pour non-respect d'une décision antitrust. [...] J'espère que la décision d'aujourd'hui clôt un chapitre sombre du dossier de Microsoft relatif au non-respect de la décision de la Commission de mars 2004 et que les principes confirmés par l'arrêt du tribunal de première instance de septembre 2007 dicteront la conduite future de Microsoft", a déclaré Neelie Kroes, la commissaire chargée du dossier.

Ce montant, est jugé "très raisonnable" et "proportionné" par la Commission Européenne. Cela représente près de la moitié du bénéfice net dégagé par Microsoft lors de son dernier trimestre fiscal (4,7 milliards de dollars de bénéfices). Cette fois-ci, il s'agit a priori de la dernière amende infligée par l'UE dans ce dossier, puisque depuis le 22 octobre, Microsoft a indiqué qu'il se pliait désormais aux exigences de Bruxelles.

Sans que les deux dossiers soient directement liés, Microsoft a toutefois dévoilé lundi dernier qu'il allait mettre à disposition de tous, près de 30 000 pages de documentation expliquant le fonctionnement des protocoles et des API utilisés dans ses produits entreprise. Une manière pour l'éditeur d'essayer de prouver sa bonne foi et de montrer ses efforts en matière d'interopérabilité.

Ce procès à rebondissement et particulièrement long, portait exclusivement sur l'abus de position dominante de Microsoft sur le marché des lecteurs multimédia, avec le produit Windows Media Player (WMP). La Commission Européenne a souhaité qu'une version de Windows sans WMP soit mise à disposition des consommateurs, puis que Microsoft documente ses protocoles et API, et fournisse cette documentation à un prix raisonnable.

La Commission travaille toutefois depuis janvier sur deux autres dossiers concernant Microsoft : la suite Office (Word, Excel et Powerpoint notamment), et le navigateur Internet Explorer. Reste un dernier point sur lequel Microsoft n'a pas été inquiété jusqu'à présent : la vente liée. Interdite en France, elle est pourtant tolérée pour le cas de Windows depuis les années 1990. Une situation qui empêche pourtant la libre concurrence sur le marché des systèmes d'exploitation.

Intel / AMD : le choc des titans

Rarement dans l'histoire informatique une situation monopolistique n'aura fait couler autant d'encre. Il faut dire que dans le cas de la bataille juridique opposant les deux fondeurs américains, les enjeux financiers sont astronomiques.

Accusé d'abus de position dominante, Intel risque une amende équivalent à 10% de son chiffre d'affaires, soit plus de 3 milliards de dollars en 2006. Tout commence en 2000 lorsque AMD dépose plainte auprès de la Commission européenne contre Intel pour abus de position dominante.

Cahin-caha, l'instruction suit alors son cours pendant 5 ans au moment où AMD décide de passer à la vitesse supérieure et de mener une offensive juridique tous azimuts au niveau international.

Aujourd'hui, les instructions ouvertes par AMD à l'encontre d'Intel en Europe devant la Commission européenne et aux Etats-Unis devant le tribunal de l'Etat du Delaware (en juin 2005) ont été étendues à d'autres régions du globe - asiatiques notamment (Fair Trade Commission of Japan, Korean FTC…).

Alors que les différentes condamnations sont attendues d'ici 2009 de par le monde, en Europe, Intel a d'ores et fait parvenir à la Commission européenne au tout début du mois de janvier 2008 des éléments de réponse confidentiels, suite à l'envoi d'une communication des griefs par cette même commission, en octobre dernier. Affichant sa sérénité, Intel souhaite plus que jamais que l'épée de Damoclès qu'il a au-dessus de la tête puisse tomber du bon côté.

RIM / NTP : le royaume du BlackBerry en péril

Détentrice de plus d'une cinquantaine de brevets dans le domaine de la transmission sans fil d'e-mails, la société NTP (New Technology Products) a mis dès l'année 2001 le fabricant de terminaux mobiles RIM dans son collimateur.

Accusé d'avoir enfreint la propriété intellectuelle de 5 brevets détenus par NTP, le père du BlackBerry, RIM, organise sa défense et engage de multiples procédures d'appel non seulement devant des juridictions locales mais également devant l'US Patent and Trademark Office, le bureau américain des brevets.

Après 4 années de litige, l'affaire semble enfin aboutir lorsque RIM propose de régler à l'amiable le différend qui l'oppose à NTP en lui versant 450 millions de dollars. Une somme certes conséquente, mais alors jugée insuffisante par la holding virginienne qui accepte d'enterrer la hache de guerre, mais à une seule condition : que RIM lui octroie une commission sur ses ventes jusqu'en 2012. Soit un montant estimé à 900 millions de dollars.

Aculée dans ses derniers retranchements, mais bien décidée à jouer son va-tout, RIM tente un ultime recours auprès de la Cour Suprême des Etats-Unis. Sans succès. Pour mettre un terme définitif à cette affaire, RIM avale une couleuvre et monte sa proposition d'un cran, à 612,5 millions de dollars. Une offre qui sera finalement acceptée par NTP, en mars 2006.

IBM / SCO : un bluff transformé en bide

La saga judiciaire IBM / SCO au cours des années 2000 n'aura pas seulement secoué le monde de l'Open Source. Elle aura fait trembler le secteur IT tout entier, avant d'aboutir, fin 2007, à un épilogue des plus pathétiques.
 
Anciennement Caldera, la firme SCO Group accuse un beau jour de mars 2003 IBM de s'être appropriée de façon illicite la technologie Unix - dont il revendique la propriété - pour l'intégrer à ses propres applications pour systèmes GNU/Linux. Réclamant dans un premier temps 1 milliard de dollars de dommages et intérêts, sa prétention gonfle rapidement en trois mois pour atteindre les 3 milliards de dollars.
 
Contre-attaqué par IBM en août 2003 devant le tribunal fédéral de l'Utah et soulevant un tollé sans précédent dans le monde informatique (de la Free Software Foundation à Novell, en passant par ses propres employés), SCO se retrouve vite en très mauvaise posture (condamnation en septembre 2003 pour diffamation, baisse de 50% de son chiffre d'affaires sur 2004…).

Réclamant désormais 5 milliards de dollars à IBM, la société joue son va-tout en juillet 2004 en détaillant ses plaintes relatives au fait qu'une partie de son code inclus dans le format d'exécutable et de liaison UNIX, du système de fichier JFS ou encore d'init, est contenu de manière illégale dans le noyau Linux.

Mais, débouté en juillet 2006 face à IBM, et un an plus tard face à Novell, SCO devient l'ombre de lui-même et touche le fond en se plaçant sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. La société en est cependant récemment sortie, ayant reçu mi-février 100 millions de dollars de la part d'un fonds d'investissement : Stephen Norris & Co. Capital Partners. A suivre...

Novell / Microsoft : les amants diaboliques
 
536 millions dollars, le prix de la tranquillité ? C'est sans doute ce qu'a pensé Microsoft lorsqu'il a décidé de régler à l'amiable un litige qui couvait depuis 2001avec l'un des chantres du monde du libre, Novell.
 
Après avoir revendu ses licences Unix et UnixWare à SCO en 1995, Novell s'accroche alors à son système d'exploitation maison NetWare qui trouve alors sur son chemin un concurrent de taille du nom de Windows NT. Surfant sur la vague des bouillonnants procès de l'époque - dont celui de SCO contre IBM -, Novell passe à l'offensive en accusant Microsoft de pratiques anti-concurrentielles.
Disposant d'une impressionnante réserve de cash (le groupe réalise alors un bénéfice net de 2,5 milliards de dollars en 2004), le géant de Redmond prend tout le monde de court une première fois en décidant de régler son différend entre quatre yeux, moyennant le versement de plusieurs centaines millions de dollars.
 
Autre surprise de taille également : l'accord de novembre 2006, signé sur trois ans, entre les deux acteurs IT vise à rapprocher les solutions d'infrastructure de Novell à la plate-forme applicative de Microsoft.
 
Un accord de près de 500 millions de dollars qui permet à Microsoft de commercialiser la distribution SuSe Linux Enterprise Server à hauteur de 350 000 certificats de souscription, en faisant bénéficier à ses clients des mises à jour de sécurité, de la maintenance et du support technique de Novell

Alcatel-Lucent / Microsoft : la musique n'adoucit pas les mœurs

S'il fallait caractériser la relation qui unit Alcatel-Lucent à Microsoft, ce serait bien tout, sauf de l'amour. Et ces deux là l'ont fait sentir au travers d'un palpitant feuilleton juridique qui a pris ses racines dès 1989, à l'époque où Bell Labs (intégré depuis au franco-américain) a participé au développement de la technologie MPEG-1 Audio Layer 3, avec Fraunhofer, la société allemande de licence des droits mondiaux de la technologie MP3.
 
Fort de la détention de plusieurs brevets technologiques relatifs au décodage des fichiers MP3, Alcatel-Lucent passe à l'attaque en début d'année 2006 et accuse Microsoft de les violer, notamment dans le lecteur Windows Media Player fournit dans son nouvel OS, Vista.

En février 2007, le groupe remporte une première victoire devant la Cour de Seattle qui condamne Microsoft à une lourde amende d'1,52 milliard de dollars pour infraction au code de la propriété intellectuelle.

Alcatel-Lucent, qui avait également lancé d'autres poursuites à l'encontre du géant de Redmond, notamment dans le cadre de l'utilisation de l'une de ses technologies de conversion voix/données, essuie un cinglant revers par le rejet de sa plainte, en mars 2007. Après avoir trouvé un accord à l'amiable pour une autre querelle, visant cette fois sa console Xbox 360. Heureusement pour Microsoft, sa contre-attaque dans le cadre du procès sur la violation de brevets MP3 se révèle payante.
 
En août 2007, la Cour d'appel californienne rend caduque la décision du tribunal de Seattle en parvenant à démontrer que Microsoft avait en fait acquis en toute légalité les droits de propriété intellectuelle relatifs aux brevets MP3 : non pas auprès d'Alcatel-Lucent, mais de Fraunhofer.

Depuis, l'équipementier réseaux et télécoms s'est juré de porter de nouveau l'affaire devant la justice pour obtenir réparation.

SAP / Oracle : le scandale de l'espionnage industriel

Le monde du progiciel de gestion intégrée se serait bien passé de cette sombre affaire d'espionnage industriel impliquant les poids lourds du secteur que sont Oracle et SAP. Révélée au grand jour en mars 2007, la plainte déposée par Oracle à l'encontre de l'éditeur allemand à eu de quoi surprendre.

Le spécialiste de la base de données a en effet accusé SAP d'avoir procédé au vol de plus de 7 000 documents confidentiels en accédant de façon frauduleuse à son site Web BtoB. Oracle soupçonnant SAP d'avoir utilisé des anciens mots de passe et identifiants détenus par d'anciens clients.

Au centre de l'affaire, la société TomorrowNow, rachetée en mai 2005 par SAP, depuis laquelle les téléchargements illicites auraient été effectués, jusqu'à 1 800 contre une moyenne quotidienne de 20.
Mais le préjudice ne s'arrête pas là, Oracle accuse SAP de s'être également servi de ces informations confidentielles pour tenter de lui subtiliser des clients.

Depuis novembre dernier, SAP tente de se racheter une bonne conduite en indiquant étudier de près la cession de TomorrowNow.

En ayant toutefois pris soin au passage de faire le ménage au sein du comité exécutif de sa filiale : Andrew Neslon, P-DG de la filiale, a fini par démissionner, suivi par quelques autres cadres dirigeants. Un jugement définitif est attendu pour octobre 2008.

Qualcomm / Broadcom : la liaison fatale

Partisan de la première heure de la norme de téléphonie mobile CDMA dans les années 90, le fabricant de puces sans fil Qualcomm a profité de l'évolution du standard vers le W-CDMA pour mettre au point une juteuse politique de royalties. Non sans semer la zizanie dans le microcosme de la mobilité.

Principale victime, son compatriote Broadcom, accusé par Qualcomm en juillet 2005 de violation de sept de ses brevets relatifs à l'utilisation d'équipements conformes aux normes réseaux GSM, GPRS et EDGE. Ce qui lui a valu le droit d'être traîné devant un tribunal fédéral de San Diego. Réagissant du tac au tac, Broadcom entame alors une poursuite à l'encontre de Qualcomm pour pratique anti-concurrentielle.

Débouté de sa plainte en juillet 2007 (il en sera de même pour celle initiée par la société Golden Bridge Technology), Broadcom sort toutefois gagnant d'une troisième action judiciaire clôturée en novembre dernier pour laquelle il est démontré que Qualcomm enfreint, cette fois, 3 brevets lui appartenant.

Après un versement en dommages et intérêts de 19,6 millions de dollars, l'épopée judiciaire entre Qualcomm et Broadcom semble appartenir au passé. Jusqu'à l'apparition d'une prochaine norme de communication sans fil ?

Sun / Kodak : Java au centre de toutes les polémiques

Java dans le collimateur du géant de la photo Jouant sa partition en marge de la scène du monde informatique, le fabricant d'appareils photos Kodak a eu l'occasion d'endosser le titre de premier violon lors d'un surprenant litige l'ayant opposé à Sun Microsystems.

L'objet de la plainte n'ayant été rien de moins que le langage Java. Après s'être porté acquéreur en 1997 auprès de Wang Laboratories de plusieurs brevets relatifs - notamment - à l'intégration de données entre des gestionnaires d'objets, Kodak entreprend de faire passer en caisse les acteurs concernés par l'utilisation de ce brevet.

Tandis que Microsoft, IBM et HP se plient à la contrainte, Sun n'en fera lui qu'à sa tête. Une tête mise à prix par Kodak qui, suite à un essai de règlement à l'amiable du conflit en 2002, l'amène directement devant la cour de justice du district de New York. Et c'est finalement en octobre 2004 que Kodak sort vainqueur de la bataille juridique qui l'oppose à Sun. Et au passage lui réclamer la bagatelle d'1,06 milliard de dollars au titre de dommages et intérêts. Sentant le vent tourné, la firme de Jonathan Schwartz change toutefois son fusil d'épaule et rouvre immédiatement la porte des négociations avec Kodak.

Une stratégie qui se sera finalement révélée payante, le géant de la photo ayant accepté de la part de Sun un versement de 92 millions de dollars pour solde de tout compte. C'est toujours mieux que de risquer de perdre au pot 1 milliard de dollars. Même s'il faut pour cela encore les avoir dans la poche.

Toshiba / Micron : un coupe-circuit à 288 millions de dollars

Toshiba / Micron Dans le domaine des semi-conducteurs, pas un mois ne passe (ou presque) sans qu'un litige n'éclate entre les très nombreux acteurs d'un marché en constance effervescence. Parmi les principaux, celui qui a opposé pendant 4 ans Toshiba à Micron Technologies.

Détentrice de plusieurs brevets dans le domaine de la mémoire flash de type NAND, Lexar Media (racheté en 2006 par Micron pour 688 millions de dollars) a entamé sa procédure à l'encontre du fabricant de semi-conducteurs japonais en 2002. Avec pour angle d'attaque celui d'avoir déposé plainte devant la Commission Internationale du Commerce américaine.

Risquant de voir l'importation de ses circuits mémoires stoppée net aux Etats-Unis, Toshiba choisit la voie de la sagesse en acceptant un règlement à l'amiable du conflit qui l'oppose à Micron. Non sans en payer le prix fort. En septembre 2006, les 288 millions de dollars qu'il met sur la table sont encaissés par Micron, laissant à Toshiba la possibilité d'utiliser les brevets de l'américain en toute sérénité.
SOURCE;

Cdlt

hobywen (chien de chasse LBAcien piocheur et renifleur)
Dix grands litiges de l'histoire informatique

Vendredi 29 Février 2008
Thierry HAYARD
Lu 2141 fois

Donnez vos impressions...

1.Posté par hobywen le 29/02/2008 22:20
les loups ne se mangent pas entre eux !!!!

Nouveau commentaire :

Partagez ici vos impressions, votre ressenti, vos sensations...

Dans la même rubrique :

Bruxelles Capitale | Province Brabant Wallon | Province du Hainaut | Province de Namur | Province de Liege | Province du Luxembourg | Autres Pays | Club Ebook LBA | Horoscope | Météo Belgique | Nos Newsletter | Les Bonnes Adresses | Actualités | Applications | Maquettes en attente de validation | Documents | Monaco | Voir les Coupons | Provenance de nos Lecteurs | Vidéo public | En attente | Humour | GrandePhoto | Job | Club-Ebook-LBA | Diporama | Commandes | Quartiers | Contact | Chroniques d'Hobywen | E-Book en ligne | Associatif | WmakerV4 | Les Brèves d'Hobywen | Chroniques | Annonces privées | Promo Imprimé | Crea-Site-Blog | Chroniques sur le Vin | Auto-Annonceurs | Suisse | Canada | Magazine World Consuls | Jeux de Poker








Restaurant Terre de Lune

Restaurant café théatre
Le Vaudeville

Restaurant
LE CRABE FANTOME

Brussels Welcome Hôtel

Restaurant Les 2 Frères

L’Auberge du Repos
des Chasseurs
Tags
hobywen belgique bonnes adresses bonnes affaires vista windows astuces communication linux lba xp microsoft des bonnes adresses bonne adresse bonne affaire des bonnes affaires carte bruxelles cartesdevisitevip e-resto magazine mag lba carte de visite carte de visites cartedevisites cartes cartes d affaires cartes de visite cartes de visite vip cartesdaffaires cartesdevisite vipcard vip-card vip card vip magazine lba netuser os 2008 japan pratique services brèves france les bonnes adresses les bonnes affaires multimédia web2.0 coupons réduction gsm restaurant iphone international web toile adresses affaires infos scoop des référencement coupon trucs et astuces ristourne immobilier entreprises commerçants commerçant windows vista remise windows xp bons avantage entreprise voyage brasserie tourisme avantages hotels restaurants hotel resto immo carte écran alimentation 8800gt/gts 8600gt/gts pc portable overclocking matériel nvdia ram msi série 8 refroidissement slide amd athlon ocz corsair pauvreté fourniret intel chronique personnalisation profiling trucs bons réduction sdf xml standard liège core deux duo o/c quad corsair ocz menu image de marque offre identité savoir-faire repas informatique cuisine française investisseur coaching poissons chroniques spécialité cuisine italienne formation biographie 14CDs gratuit les cles de la reussite le secret du secret le secret le developpement personnel image de soi gestion du stress formation professionnel delhaize croissance personnelle cours de pnl confiance en soi confiance en moi confiance de soi comment trouver l'ame soeur comment etre une star pas confiance en moi