Votre E-book-LBA en ligne - Brochure en ligne - Catalogue en ligne Passe Passion Arts décoratifs du XXème siècle à Bruxelles BLA BLA & GALLERY Resto galerie d'Art Bruxelles Ad Lapidem boutique écrin à Bruxelles La Stradella  Restaurant Bruxelles La Piscine Restaurant à Molenbeek Bruxelles La Queue de Vache Restaurant à Molenbeek Bruxelles PROMOTION EXCEPTIONNELLE 170€ htva pour 1000 VIP-CARD PROFESSIONNELLES PROMOTION EXCEPTIONNELLE 240€ htva pour 1000 VIP-CARD DE LUXE PROMOTION EXCEPTIONNELLE 190€ htva pour 1000 Cartes de visite DE LUXE PROMOTION EXCEPTIONNELLE 120€ htva pour 1000 Cartes de visite PROFESSIONNELLES Un « pacte éternel » entre Fourniret et Olivier 10 000 personnes pour la Gay Pride Le Doudou bat son plein Le prix de la scission selon Maingain Fourniret ne veut plus parler L’aérogare de Charleroi encore agrandie Marianne Thyssen prend les rênes du CD&V Monique Olivier est une énigme L’emploi a progressé de 2,7% en 2007 ( la plus courte de l'année) Les délégués du Conseil de l’Europe sont inquiets ... Comment Fourniret devint riche (hobywen ne parvient pas à digérer) L'apothéose des nouveaux tsars ? Les Diablotins... sans Defour Justine Henin: 'Je suis au bout de mon chemin' .Les « sages », modèle pour Leterme Geneviève Lhermitte demande le divorce Nouvelle grève à la prison de Forest Yves Leterme pressé d’agir Bruxelles a respiré sans voiture Et de trois pour Djokovic N'oubliez pas la fête des mamans ! Marian Restaurant et Osmo Apéro-Bar Bruxelles Commerce à remettre et à vendre ! Attention à la circulation sur la N49 Deux frères se noient dans l’Ourthe BHV au frigo pour 120 jours Grève spontanée à Charleroi Les francophones prêts à la riposte sur BHV Geraerts a commis une agression « Un danger pour la biodiversité » Un « oui, mais… » au peuplier OGM Manifestation à l'ambassade de Chine à Bruxelles Manifestations à Merksplas et Vottem Lutgen pour un moratoire sur les OGM Le CD&V durcit sa position sur BHV Métro, boulot, in vitro… Suspense... Microsoft repousse la sortie de Windows XP SP3 Du concret sur Duke Nukem : Forever ? Leterme sauvé par les Wallons ? Fourniret face à une troisième victime belge
NOUVEAU !
chez LBA Mag

Rejoignez-moi sur

Réseau professionnel


Pour recevoir notre Newsletter

Recherche





Dans nos blogs

Vos vidéos en haute qualité

Maitrisez votre contenu vidéo ! Un ensemble d'outils vous permet d'être autonome dans la...

Proposez des webservices utiles

Décuplez le potentiel de votre blog ! Profitez des nombreux webservices disponibles pour enrichir...

Entourez-vous de talents

Créez une équipe de contributeurs afin d'animer collectivement votre blog. Chaque contributeur...

Gérer efficacement votre contenu

De la production à la mise en ligne, bénéficiez des fonctionnalités qui permettent de gérer et de...

WMaker vous assiste tout au long de votre projet web

Nous sommes quotidiennement à vos côtés pour vous accompagner dans le succès de votre projet web....

Bénéficiez de la technologie Design Objet

Soyez attractifs et gardez une longueur d'avance ! La technologie Design Objet exclusivement...

Félicitations, votre blog est en ligne !

Bienvenue sur votre blog WMaker. Laissez-vous guider au fil des quelques articles de présentation...

Référencement optimisé

Publiez, nous vous rendons visible ! Toutes nos offres intègrent un ensemble de techniques (SEO)...

Libérez votre blog. Go Mobile !

Restez accessible en permanence. WMaker vous fait bénéficier de la version mobile la plus aboutie...

Le dossier Brichet au procès Fourniret

Les chroniques d'hobywen (1167)

Notez


Le dossier Brichet au procès Fourniret
LE MEURTRE d'Elisabeth Brichet est examiné ce lundi au procès Fourniret. Ses parents et les enquêteurs la recherchèrent partout, 14 ans durant.
 
Les psychiatres commis à l'examen de Michel Fourniret et de Monique Olivier ne leur ont jamais demandé ce que les deux désaxés éprouvèrent, quatorze ans durant, à découvrir dans la presse l'évolution de l'enquête menée à Namur sur la disparition, à Saint-Servais le 20 décembre 1989, d'Elisabeth Brichet, 12 ans, happée par le couple diabolique en quelques secondes alors qu'elle sortait de chez l'une de ses amies, Vanessa.
 
Soyons-en sûrs : tout au long de ces années, elle et lui, perclus de leur sentiment d'impunité, se délectèrent des épisodes dramatiques, extraordinaires, révoltants ou crédibles qui éloignaient bien loin d'eux l'impossible recherche d'Elisabeth, emmenée dans l'antre des pervers, mise à mort dans des conditions bestiales, enfermée dans un congélateur avant d'être enfouie dans les terres du château du Sautou.
 
Il n'y a pas d'enquête criminelle heureuse. Celle menée si longtemps sur la disparition d'Elisabeth fut une longue, et souvent douloureuse, confrontation entre les attentes exaspérées et légitimes de parents désenfantés et les contraintes de la réalité policière : une myriade de pistes explorées (des plus folles aux plus consistantes) aboutissant dans le néant et, parfois, au reproche de n'avoir pas réussi. Jusqu'à cet été 2004 ; les aveux des deux pervers ; ces derniers coups de pelleteuse dans la sapinière des Ardennes françaises ; le récit ignoble et revendiqué par Michel Fourniret du massacre de cette belle fillette terrorisée ; la vérité enfin clôturant une énigme criminelle pesante qui n'aurait jamais existé si la justice française n'avait à ce point permis à « l'Ogre des Ardennes » de récidiver. D'être libéré sans surveillance, de disparaître du casier judiciaire et de la mémoire policière. De poursuivre, à saute-mouton sur la frontière, une carrière criminelle qui ne pouvait déboucher que sur l'amplification, mortelle cette fois, de ses premières agressions sexuelles.
 
En confondant Fourniret, les enquêteurs de Dinant renvoyèrent dos à dos les parents d'Elisabeth Brichet et les policiers, gendarmes et magistrats de Namur. Les quatorze ans de tensions qui les opposèrent avaient été vains. Personne n'eut jamais raison.
 
Les uns et les autres, chacun dans leur registre, tentèrent in fine d'aboutir du mieux qu'ils le purent à résoudre l'énigme de Saint-Servais. En voici les principales étapes.
 
L'enquête démarre. Lorsque Marie-Noëlle Bouzet, la maman d'Elisabeth, signale, le 20 décembre à 20 h 30, la disparition de sa fille à la brigade de gendarmerie de Namur, le planton lui demande de « poursuivre ses recherches » et de le « recontacter si elle ne réapparaît pas ». À 20 h 50, les patrouilles reçoivent le signalement d'Elisabeth. L'avis de recherche national est lancé à 23 h 59. Une demi-heure plus tard, les gendarmes de la BSR Carpentier et Darmont se présentent chez Marie-Noëlle Bouzet, au 10 de la rue Blanche. Ils veulent en savoir plus sur la famille, sur les fréquentations d'Elisabeth, sur son emploi du temps.
 
À 1 h 15, Marie-Noëlle Bouzet les conduit chez Vanessa G., l'amie chez qui Elisabeth a passé l'après-midi. Vanessa leur raconte leur journée, leur passage, vers 18 h 15 à la boulangerie Siscot où elles devaient acheter un pain Linea, leur retour par une sente, la rencontre d'un homme qu'Elisabeth aurait craintivement salué, le départ d'Elisabeth à 18 h 52, à l'issue d'un feuilleton télévisé. Cette même nuit, à 2 heures, les gendarmes se rendent encore chez France S., la meilleure amie d'Elisabeth. Elle leur indique les lieux de passage habituels d'Elisabeth à Namur. Des patrouilles se concentrent sur le quartier de la gare et le centre-ville. D'autres tentent, sans succès, de localiser Francis Brichet, papa d'Elisabeth, qui n'a plus vu sa fille depuis quelque temps.
 
Le lendemain, 21 décembre, les enquêteurs se rendent à l'Institut Notre Dame de Namur, où Elisabeth est scolarisée. Ils y rencontrent ses condisciples, se renseignent sur ses habitudes. De premières fouilles sont menées dans le cimetière de Saint-Servais, sur le talus de chemin de fer et dans un terrain vague. Un chien pisteur est engagé. Les riverains de la chaussée de Waterloo sont interrogés. La presse reçoit le signalement d'Elisabeth. Deux pelotons (60 soldats) de la caserne de Flawinne fouillent la plaine des Manœuvres de Belgrade, les bois de Morivaux et de Suarlée.
 
Et les premières infos tombent : l'identification des « suspects mœurs » du quartier révèle déjà, parmi d'autres, le nom de Jean-Marc Houdmont, un photographe impliqué dans l'affaire de pédophilie du Cries qui habita longtemps à proximité de chez Vanessa G. Un élève de Saint-Louis signale, lui, avoir aperçu Elisabeth le 21 décembre en plein centre de Namur. Un autre témoin affirme avoir vu Elisabeth au Sarma de Jambes. L'hypothèse d'une fugue n'est pas écartée, bien que Marie-Noëlle Bouzet la juge impossible.
 
Un suspect persistant. Les renseignements recueillis par Carpentier et Darmont sont analysés lors d'une réunion au parquet le 22 décembre. Outre la personnalité inquiétante de Jean-Marc Houdmont, les enquêteurs se focalisent sur un ancien ami de Marie-Noëlle Bouzet, G., un professeur d'université qui n'a jamais accepté la fin de sa relation. Durant des années, cette piste sera exploitée. Ce professeur est interrogé. Sans succès. Il attire l'attention en refusant de se soumettre au détecteur de mensonges. Durant des semaines, il est filé par des enquêteurs qui lui découvrent une attirance pour les quartiers chauds. En 1993, il se plaint d'avoir été victime d'une tentative d'enlèvement dans les parkings de son université ! Lorsque l'affaire Dutroux est révélée, les enquêteurs tentent d'établir s'il n'était pas en relation avec Michel Nihoul.
 
Les radiesthésistes. Dès le 25 décembre 1989, les charlatans commencent à se manifester. Les uns voient Elisabeth du côté de Montpellier, en Tunisie (« dans l'avenue Bab Djedid ! »), sur le plateau d'Hastédon. En 1997, les enquêteurs mènent une expérience avec quatre médiums : trois d'entre eux affirment qu'Elisabeth a été enlevée par un réseau ; l'un la voit à Marseille ou à Majorque ; un autre désigne son ravisseur comme un « jeune homme blond prénommé Jean-Luc ou Jean-Louis »…
 
La piste « Ténériffe ». En juin 1990, une hôtesse de l'air affirme avoir vu Elisabeth, le 22 décembre 1989, sur un vol Bruxelles-Ténériffe « en compagnie d'un homme au comportement suspect ». Le juge d'instruction Comeliau se rend sur place avec deux gendarmes. La fillette est identifiée : il s'agit d'une petite Anglaise. En 1995, les enquêteurs sont de retour à Ténériffe. Marie-Noëlle Bouzet est du voyage. Ainsi qu'un proxénète détenu en Belgique qui tente de négocier sa libération : il affirme qu'Elisabeth travaille dans un bordel de Santa Cruz de Ténériffe. En 1996, la piste d'un proxénète algérien sera encore suivie sur l'île par les Belges. Et une nouvelle commission rogatoire s'y rend en novembre de la même année : l'Elisabeth aperçue par un témoin se révélera être une jeune Française… Les enquêteurs se rendront aussi en 1992 Sicile après qu'un mythomane tunisien leur eut affirmé avoir aperçu Elisabeth à plusieurs reprises dans les rues de Messine.
 
La photo de l'espoir. En novembre 1992, une habitante de Cambrai exhibe sur le plateau de l'émission « Perdu de vue » (sur TF1) une photo d'une fillette ressemblant étrangement à Elisabeth. Cette dame affirme l'avoir trouvée dans sa ceinture lors d'un voyage à Hong Kong ! Marie-Noëlle Bouzet est très impressionnée.
 
Un mois plus tard, une habitante de Franière révèle à l'adjudant-chef de la brigade de Floreffe que cette photo figure dans des articles de maroquinerie produits par la société Marofrance (Toulouse). Une commission rogatoire identifie l'auteur du cliché : le photographe confirme qu'il s'agit d'une photo de sa propre fille tirée en 1977.
 
Le diacre de Saint-Servais. En 1997, Marie-Noëlle Bouzet lance un appel à l'évêque de Namur, Mgr Leonard : « Arrêtez de protéger des pédophiles ». Elle fait état de soupçons de pédophilie pesant sur un diacre de la paroisse du Sacré-Cœur, voisine de sa maison. Ce diacre, jamais condamné, était dans le collimateur des enquêteurs car le clocher de l'église abritait des matelas.
 
La piste Houdmont. Ce premier suspect de 1989 le redevient à la faveur de la révélation de l'affaire Dutroux : sa compagne Monique C. connaissait l'aumônier de la prison de Jamioulx, l'abbé Toussaint, qui avait autorisé Dutroux à stocker une caravane sur son terrain. Interrogé à plusieurs reprises sur l'enlèvement d'Elisabeth, Houdmont, autrefois inquiété dans l'affaire de pédophilie du Cries, nie tout. Le 25 février 1997, il téléphone à un enquêteur : « J'ai des déclarations importantes à vous faire. » En route vers Namur, il se tue au volant de sa voiture. Monique C. demeure silencieuse sur la signification de ces « déclarations importantes ». Le juge Coméliau l'inculpe en mars 1997 de complicité d'enlèvement. Houdmont, cinéaste, se rendait souvent à Tahiti. Une commission rogatoire belge s'y rendra.
 
À cette époque, les relations entre les enquêteurs et Marie-Noëlle Bouzet sont au plus mal. Le paroxysme est atteint en décembre 1999 lorsque la maman d'Elisabeth accuse l'un des enquêteurs d'avoir fréquenté un café connu de Nihoul. La cellule d'enquête, excédée, menace de démissionner en bloc.
 
Un lien avec Fourniret ? Tout au long de ces années, les enquêteurs namurois menèrent aux quatre coins de l'Europe des commissions rogatoires en relation avec des tueurs d'enfants : Stockx, Van Geloven, Heaulmes, Arces Montes, etc. En avril 2002, alors qu'ils s'enquièrent à Reims des dossiers de Celine Saison et de Mananya Thumpong, les enquêteurs français leur rient quasiment au nez… Fourniret avait disparu de leurs dossiers.
 
Ces quatorze années n'auront pas permis de retrouver Elisabeth. Mais l'enquête rendue impossible par les erreurs de la justice française a quand même permis d'arrêter une dizaine de pédophiles « Grâce » à la disparition d'Elisabeth. C'est une maigre consolation. Mais c'est aussi un succès.
SOURCE


Cdlt

hobywen (chien de chasse LBAcien piocheur et renifleur)

Lundi 14 Avril 2008
Thierry HAYARD
Lu 2722 fois

Donnez vos impressions...

1.Posté par hobywen le 15/04/2008 15:18
comme mon boss m'a viré sans me le dire ma conclusion et bien je vais la mettre dans le forum ! celà sera pire un jour ! mauvais calcul alain !

que l!on me donne ce FUMIER de tueur d'enfant dans un petit coin et je rendrai service service à la société !!!

alain = c'est l'unique et dernière fois que tu touche à mon travail ! je te rappelle que c'est un copyright hobywenWEB ! à bon entendeur ....

Nouveau commentaire :

Partagez ici vos impressions, votre ressenti, vos sensations...

Dans la même rubrique :

Bruxelles Capitale | Province Brabant Wallon | Province du Hainaut | Province de Namur | Province de Liege | Province du Luxembourg | Autres Pays | Club Ebook LBA | Horoscope | Météo Belgique | Nos Newsletter | Les Bonnes Adresses | Actualités | Applications | Maquettes en attente de validation | Documents | Monaco | Voir les Coupons | Provenance de nos Lecteurs | Vidéo public | En attente | Humour | GrandePhoto | Job | Club-Ebook-LBA | Diporama | Commandes | Quartiers | Contact | Chroniques d'Hobywen | E-Book en ligne | Associatif | WmakerV4 | Les Brèves d'Hobywen | Chroniques | Annonces privées | Promo Imprimé | Crea-Site-Blog | Chroniques sur le Vin | Auto-Annonceurs | Suisse | Canada | Magazine World Consuls | Jeux de Poker








Restaurant Terre de Lune

Restaurant café théatre
Le Vaudeville

Restaurant
LE CRABE FANTOME

Brussels Welcome Hôtel

Restaurant Les 2 Frères

L’Auberge du Repos
des Chasseurs
Tags
hobywen belgique bonnes adresses bonnes affaires vista windows astuces communication linux lba xp microsoft des bonnes adresses bonne adresse bonne affaire des bonnes affaires carte bruxelles cartesdevisitevip e-resto magazine mag lba carte de visite carte de visites cartedevisites cartes cartes d affaires cartes de visite cartes de visite vip cartesdaffaires cartesdevisite vipcard vip-card vip card vip magazine lba netuser os 2008 japan pratique services brèves france les bonnes adresses les bonnes affaires multimédia web2.0 coupons réduction gsm restaurant iphone international web toile adresses affaires infos scoop des référencement coupon trucs et astuces ristourne immobilier entreprises commerçants commerçant windows vista remise windows xp bons avantage entreprise voyage brasserie tourisme avantages hotels restaurants hotel resto immo carte écran alimentation 8800gt/gts 8600gt/gts pc portable overclocking matériel nvdia ram msi série 8 refroidissement slide amd athlon ocz corsair pauvreté fourniret intel chronique personnalisation profiling trucs bons réduction sdf xml standard liège core deux duo o/c quad corsair ocz menu image de marque offre identité savoir-faire repas informatique cuisine française investisseur coaching poissons chroniques spécialité cuisine italienne formation biographie 14CDs gratuit les cles de la reussite le secret du secret le secret le developpement personnel image de soi gestion du stress formation professionnel delhaize croissance personnelle cours de pnl confiance en soi confiance en moi confiance de soi comment trouver l'ame soeur comment etre une star pas confiance en moi